NeoSkills Feeder, Les news libres du nouveau monde

http://french.feeder.ww7.be
«  mars 2017  »
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
27 28 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
retour à la date courante

Aujourd'hui 25 nouvelles :


  • 110 millions d’euros chez ALTO pour financer les projets d’Altitude Infrastructure THD, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: DegroupNews Actualité :: RSS
    La société ALTO se renforce ! Une preuve supplémentaire de la confiance des investisseurs au sujet du déploiement de la fibre optique dans le cadre du plan France THD… Comme indiqué lors du dernier bilan de la FIRIP en janvier, et durant les états généraux des Réseaux d’Initiative Publique (organisés par MonTerritoireNumérique) au mois de... [Lire la suite]
    Cet article 110 millions d’euros chez ALTO pour financer les projets d’Altitude Infrastructure THD est apparu en premier sur DegroupNews. Lire la suite
  • Zones blanches : Olmi-Cappella (2B) est désormais en 3G chez les quatre opérateurs, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: DegroupNews Actualité :: RSS
    La Fédération française des télécoms (FFT) poursuit les inaugurations de sites multi-opérateurs chargés de résorber les zones blanches. Vendredi dernier, c’est le village d’Olmi-Cappella en Haute-Corse (2B) qui bénéficie d’une couverture 3G par Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free. Les opérateurs ont jusqu’à fin juin pour couvrir l’ensemble des communes identifiées sans couverture. Les zones... [Lire la suite]
    Cet article Zones blanches : Olmi-Cappella (2B) est désormais en 3G chez les quatre opérateurs est apparu en premier sur DegroupNews. Lire la suite
  • La Poste Mobile : des offres dans les pas de Free ?, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: DegroupNews Actualité :: RSS
    L’opérateur virtuel vient de mettre à jour sa gamme de forfaits mobiles. Au programme : data moins chère, offre simplifiée et alignement tarifaire, et une petite sensation de déjà-vu… Les opérateurs se mettent en ordre de bataille pour essayer de suivre la nouvelle donne imposée par Free Mobile et sa généreuse politique en matière de data.... [Lire la suite]
    Cet article La Poste Mobile : des offres dans les pas de Free ? est apparu en premier sur DegroupNews. Lire la suite
  • (13) Présidentielles 2017 : Emmanuel Macron et l'environnement, par Marc Laimé, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Calcul Egoïste :: RSS
    Tout à sa quête de modernisme, le candidat d'En Marche, outre ses ronds de jambe à la FNSEA, n'en courait pas moins un risque réel de ringardisation face au duel « plus vert que moi tu meurs » qui oppose Jean-Luc Mélenchon à Benoit Hamon depuis le début de l'année. Du coup nombre d'âmes charitables se sont précipitées pour évangéliser Saint Emmanuel… Après le député Arnaud Leroy, la présidente de CAP 21, Corinne Lepage, ou le patron de Voyageurs du monde, Jean-François Rial, autoproclamés gourous verts de notre (...) Lire la suite Marc Laimé
  • Le cabinet noir et les « documentalistes » de François Hollande, par Olivier Le Deuff, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Le guide des égarés. :: RSS

    Les révélations sur le cabinet noir sont étonnantes à plus d’un titre. D’une part, car cela peut certes paraître plausible, mais ce n’en est pas forcément crédible. Impossible de se faire une opinion tranchée à la lecture de l’article de Valeurs Actuelles dont les valeurs sentent plus la naphtaline que le produit neuf (voyant orange du décodex). Peu importe, on a à disposition des extraits du fameux bouquin dont tout le monde parle.
    Sans avoir lu le livre, les quelques extraits me semblent tout droit sortis d’un scénario de fiction à la Antoine Bello dont la trilogie me paraît devoir figurer parmi les lectures essentielles pour ceux qui s’intéressent à l’évaluation de l’information et au storytelling.
    Dans cette histoire de cabinet noir, on rassemble des éléments épars et on tente de leur donner un sens, au pire en exagérant certains aspects voire en les détournant quelque peu. Le cabinet noir repose sur un imaginaire complotiste, mais qui tourne assez vite en ridicule avec un François Hollande en chef d’orchestre. Difficile d’imaginer le gars qui se fait pincer en rendez-vous galant en scooter puisse mettre en place un cabinet à la Mitterrand, mais après pourquoi pas. Tout est possible dans ces scénarios où nous sommes tous devenus des personnages de fiction.
    Néanmoins, plusieurs choses m’intriguent. Cela fait des années que les fausses informations qui circulent sur la plausibilité permettent de véhiculer tout et n’importe quoi. La fabrique du faux bat son plein, non plus pour accroître ses propres qualités comme c’était le cas aux époques médiévales et modernes, mais surtout pour diminuer la réputation des autres. C’est en tout cas ce que notait Umberto Eco.
    Évidemment, le fait de mentionner les barbouzes du cabinet noir en lien avec la DGSE comme des « documentalistes »…m’a fait sursauter à plusieurs titres. Le premier est évident, puisque de voir ainsi détourner du sens premier les professionnels de l’information peut paraître irritant, même si je pense qu’il existe des proximités en la matière notamment dans l’art du classement et de l’indexation. Évidemment, des documentalistes dans le culte du secret fait songer à Suzanne Briet qui revendiquait l’inverse et qui considérait que « la documentation secrète est une injure faite à la documentation. ». Bref, une mention qui n’est pas très valorisante.
    Le seconde point est plus étonnant, mais je vous le donne, car je ne suis pas certain que ce soit si anodin (suis-je aussi en train de sombrer en plein complot…en tout cas, une de mes observations dans le domaine, c’est que ceux qui dénoncent des complots sont toujours les premiers à en fomenter… de là à dire que Fillon finira à Fort Chabrol…).
    La mention de documentaliste pour qualifier des agents secrets en tant que couverture mériterait d’être étudiée, d’autant qu’il me semble que les œuvres de fiction privilégient plutôt celle d’archiviste. Or, il y a un ouvrage de littérature jeunesse qui fait justement cette liaison, ce qui explique que ça m’a fait bondir immédiatement. Il s’agit de Langelot de Lieutenant-X (je vous en ai d’ailleurs parlé ici à propos d’une candidate à l’élection). Cette appellation figure dans un dialogue du premier volume, Langelot, agent secret. Je vous le livre tel quel le passage :
    « Il faut apprendre à avoir confiance en ses supérieurs, dit-il. Les supérieurs sont rarement d’humeur à comprendre. Il faut les y forcer. Maintenant, Langelot, sans aucun engagement de part ni d’autre – car il faut que nous réfléchissions, vous et moi –, seriez-vous disposé à consacrer plusieurs années de votre vie à vous occuper de documentation ? Je vous précise tout de suite que la formation d’un documentaliste coûte très cher à l’État et que, par conséquent, une fois que vous aurez signé un contrat, il ne sera plus question de filer vendre du cirage ou des nouilles. Je vous précise aussi, à toutes fins utiles, que la documentation est un travail sérieux, absorbant, souvent fastidieux, qui ne ressemble guère à ce que vous avez pu lire dans les romans d’espionnage. Vous me comprenez bien ? Dernier point : je vous précise que c’est un travail dangereux… »
    Tout en parlant, Montferrand observait le visage du garçon. Au mot « dangereux », il y eut enfin une réaction : le visage s’éclaira brusquement.
    « Je crois que j’aimerais assez ça, monsieur. »
    Cette histoire pourrait s’arrêter là… sauf que Lieutenant-X était Vladimir Volkoff, spécialiste de la… désinformation. Du coup, j’ai bien envie d’écrire l’histoire d’un mystérieux cabinet rouge…
     
    Lire la suite Olivier Le Deuff
  • Speed Business Meeting à Nantes Saint-Herblain, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Viadeo - Evenements :: RSS
    mardi 11 juillet 2017 - Restaurant L'Estacade
    Dynabuy Loire-Atlantique vous convie à un Business Meeting Dirigeants au Restaurant L'Estacade à Saint-Herblain.
    Rencontrez une vingtaine de prospects/prescripteurs/fournisseurs potentiels en participant à un speed business meeting.
    Un moment convivial pour échanger et se faire connaitre, n'oubliez pas vos cartes de visites!

    INSCRIPTION OBLIGATOIRE EN SUIVANT LE LIEN SUIVANT:
    http://www.dynabuy.fr/details-rencontre-dirigeants.php?idEvenement=3912

    TOUTE INSCRIPTION NON FAITE PAR L’INTERMÉDIAIRE DE CE LIEN NE SERA PAS PRISE EN COMPTE !!!

    Pour tous renseignement complémentaire, contactez Christophe, cpotet@dynabuy.fr ou par téléphone au 06 31 03 05 70.
    Publié par Christophe POTET Lire la suite
  • Speed Business Meeting à Nantes Saint-Herblain, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Viadeo - Evenements :: RSS
    mardi 27 juin 2017 - Restaurant L'Estacade
    Dynabuy Loire-Atlantique vous convie à un Business Meeting Dirigeants au Restaurant L'Estacade à Saint-Herblain.
    Rencontrez une vingtaine de prospects/prescripteurs/fournisseurs potentiels en participant à un speed business meeting.
    Un moment convivial pour échanger et se faire connaitre, n'oubliez pas vos cartes de visites!

    INSCRIPTION OBLIGATOIRE EN SUIVANT LE LIEN SUIVANT:
    http://www.dynabuy.fr/details-rencontre-dirigeants.php?idEvenement=3911

    TOUTE INSCRIPTION NON FAITE PAR L’INTERMÉDIAIRE DE CE LIEN NE SERA PAS PRISE EN COMPTE !!!

    Pour tous renseignement complémentaire, contactez Christophe, cpotet@dynabuy.fr ou par téléphone au 06 31 03 05 70.
    Publié par Christophe POTET Lire la suite
  • Speed Business Meeting à Nantes Saint-Herblain, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Viadeo - Evenements :: RSS
    mardi 30 mai 2017 - Restaurant L'Estacade
    Dynabuy Loire-Atlantique vous convie à un Business Meeting Dirigeants au Restaurant L'Estacade à Saint-Herblain.
    Rencontrez une vingtaine de prospects/prescripteurs/fournisseurs potentiels en participant à un speed business meeting.
    Un moment convivial pour échanger et se faire connaitre, n'oubliez pas vos cartes de visites!

    INSCRIPTION OBLIGATOIRE EN SUIVANT LE LIEN SUIVANT:
    http://www.dynabuy.fr/details-rencontre-dirigeants.php?idEvenement=3910

    TOUTE INSCRIPTION NON FAITE PAR L’INTERMÉDIAIRE DE CE LIEN NE SERA PAS PRISE EN COMPTE !!!

    Pour tous renseignement complémentaire, contactez Christophe, cpotet@dynabuy.fr ou par téléphone au 06 31 03 05 70.
    Publié par Christophe POTET Lire la suite
  • FPDT-Atenco : "Oui, nous existons, et nous sommes toujours là", 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: CSPL :: RSS

    ""
    Texte en pdf A4 :
    PDF - 144 ko
    Atenco mars 2017

    FPDT-Atenco : "Oui, nous existons, et nous sommes toujours là


    “…Le rêve se construit à la force du poignet et sans permission…”
    Silvio Rodríguez
    Au peuple du Mexique :
    A la solidarité nationale et internationale :
    Aux organismes des Droits Humains nationaux et internationaux :
    Une fois de plus la communauté de Tocuila, qui fait partie du Front des Villages en Défense de la Terre (FPDT), a de nouveau été méchamment agressée par des hommes de main armés de pistolets qui ont tiré sur des femmes âgées, des hommes d'un certain âge et même sur une mère portant son enfant de trois ans.
    Le 9 mars 2017, aux alentours de 10h30 du matin, une commission de femmes et d'hommes de la communauté de Tocuila s'était dirigée vers les terres de l'ejido, toujours occupées par les entreprises PINFRA et CIPSA qui s'entêtent à vouloir y imposer la construction de l'autoroute Piramides-Texcoco devant à terme être connectée à l'aéroport mortifère. Monsieur Roberto Corrales Estrada, représentant de la Commission National de l'Eau, se trouvait sur place. Celui-ci fut mis en cause, et se vit solliciter de faire état de la documentation légale prouvant que le territoire serait effectivement passé en leur possession. Ce à quoi le susdit répondit que le territoire en question est bien désormais propriété du gouvernement et que oui, il y a des « papiers » qui le prouvent, mais que ceux-ci se trouvent à la ville de Mexico et qu'il devrait s'y déplacer pour aller les chercher. C'est sous ce prétexte que s'est retiré ce monsieur. Quelques instants plus tard, les compañeras et compañeros ont décidé d'empêcher le passage des camions chargés de matériel et des engins de chantier qui sont en train de dévaster les terres collectives de l'ejido afin d'imposer l'autoroute en question.
    ""
    Tandis qu'ils s'installaient, des compañeros se sont rendus au village pour aller chercher de quoi manger, comme cela se fait traditionnellement lorsque l'on sait que la journée peut être longue et qu'il manquera toujours de l'eau fraîche, des haricots et des tortillas pour supporter la journée.
    Entre 3h30 et 4h de l'après-midi, les aliments sont arrivés. Les gens se sont réunis et se préparaient à goûter la nourriture lorsqu'un groupe d'environ une trentaine d'hommes, beaucoup d'entre eux très jeunes, sont arrivés sur place euphoriques, des tiges de métal à la main. A environ une cinquantaine de mètres du groupe, ils ont commencé à faire feu ouvertement contre nos compañeros qui, alarmés, se sont mis à courir comme ils ont pu afin sauver leur peau. Certaines compañeras âgées ont pu, en s'aidant de leur bâton, arriver avec bien des efforts jusqu'à la voie rapide Peñón-Texcoco et demander de l'aide aux bus de passagers. D'autres ont dû courir en ordre dispersé à travers les terres collectives des ejidos avant d'arriver jusqu'aux communautés, ou bien se sont simplement réfugiées pour se mettre à l'abri. Ils nous ont tirés dessus pour nous tuer ! et ceux qui ont été témoins de la terreur assurent qu'ils ont pu entendre les balles siffler, tellement elles ont été tirées de près.
    Juste après, deux patrouilles de la police de l'État (en camionnettes pick-up) sont apparues, et ont surpris le groupe de pistoleros qui était encore en train de tirer et de détruire au moins deux des voitures particulières des compañeros : l'une d'entre elles vandalisée et jetée à la rivière, l'autre entièrement détruite. Les policiers ont vite dominé les jeunes et les ont embarqués dans les patrouilles, avant de les conduire postérieurement au commissariat.
    Certains compañeros qui avaient réussi à se réfugier entre les prés et les champs et à retrouver un peu de leur calme se sont alors réunis à nouveau, observant de loin les policiers soumettre les pistoleros. A un certain moment, un policier a fait des signes pour appeler le petit groupe et ceux-ci ont décidé de se rapprocher. C'est de cette manière qu'ils ont pu avoir l'opportunité de réaliser quelques documents photographiques où on peut observer que la plus grande partie de ce groupe de pistoleros est constitué de jeunes de 15 à 30 ans présentant bien des similitudes avec d'autres hommes de main qui nous ont attaqué de manière systématique entre le mois d'avril 2016 et aujourd'hui, et qui ont agi en tant que groupe de choc des entreprises qui nous envahissent.
    Au vu de ces événements, il a été décidé hier même de procéder au commissariat de Texcoco aux plaintes juridiques correspondantes, ce qui nous a permis d'apprendre que 21 jeunes y sont détenus et présumés responsables des faits.
    Il s'agit de condamner l'escalade répressive que subissent les villages organisés contre le saccage néo-libéral, et le fait que l'État dans son ensemble assume le rôle de molosse et de gendarme au bénéfice des propriétaires de l'argent et de leurs projets écocides. Mais il nous apparaît tout aussi digne de réprobation et d'indignation que des dizaines de jeunes, la plupart mineurs et dépourvus de toute dignité et intégrité, soient « utilisés » et employés comme chair à canon afin que ce soient eux qui s'en prennent au peuple et accomplissent le sale travail afin que les entreprises et les gouvernements responsables puissent de leur côté jouir du paradis de l'impunité.
    Et quelqu'un, cependant, aura à répondre pour les balles qui ont tenté de nous assassiner.
    Il y a quelqu'un derrière ces groupes de choc, derrière ces offenses qu'ils commettent contre nous, comme une sorte d'ordre et de décision politique provenant des hautes sphères du pouvoir afin que la Loi elle-même continue à être violée ainsi, sans parler de nos droits humains et de notre droit à nous défendre en tant que mexicains et en tant qu'êtres humains.
    Quelqu'un se refuse à écouter et à comprendre que nous, les villages dignes (comprenez : les ejidatarios et la communauté en général), nous REFUSONS DE CÉDER NOTRE TERRE-MÈRE POUR QUE DES PLAQUES D'ASPHALTE ET DES BLOCS DE CIMENT GRIS ET MORTIFÈRES VIENNENT L'ASSASSINER.
    Il faudra que quelqu'un comprenne que nous, les peuples originaires, les peuples qui sommes les uniques propriétaires de notre terre, de nos collines, de nos sources d'eau et de notre histoire, nous exerçons notre droit à la défense de la vie même, et que la vie n'est pas sujette à négociation, que ce soit pour la moyenner en pesos ou en balles assassines.
    Aux entreprises responsables de l'invasion illégale commise sur notre territoire : nous vous enjoignons de nouveau à partir de là, parce que vous violez la loi et parce que la Terre nous appartient à nous, les ejidatarios dignes et les gens du peuple qui sommes en train de la défendre.
    Aux institutions collaborationnistes qui organisent la spoliation généralisée : nous vous rappelons que nous, les peuples, sommes bien conscients que vous êtes en train de violer la Loi, et qu'en cela vous trahissez et souillez la tâche qui consiste à protéger et sauver la souveraineté du pays, ainsi que les droits des peuples qui, jour après jour, se lèvent et s'organisent pour se protéger de la rapine avec laquelle vous agissez au nom du progrès, au nom de la justice, au nom du bien-être et de l'Etat de Droit.
    Au gouvernement fédéral et à Monsieur Enrique Peña Nieto : nous vous répétons que OUI, NOUS EXISTONS ET QUE NOUS SOMMES TOUJOURS LÀ ; que les mêmes que vous avez ordonné d'enfermer, de violer, de pourchasser, d'assassiner, de perquisitionner, de torturer, de punir… les 3 et 4 mai 2006 à ATENCO, nous sommes toujours déterminés, et que c'est déterminés que nous continuons à proclamer : LA TERRE N'EST PAS A VENDRE, LA TERRE EST VIE, ET LA VIE EST LE FUTUR QUE NOUS DÉFENDONS ET POUR LEQUEL NOUS TRAVAILLONS JOUR APRÈS JOUR.
    Aux instances des Droits Humains nationales et internationales, et à tous nos frères qui résistent pour la dignité et la défense de la terre :
    Nous vous réitérons que nous, le petit bout de patrie situé au bord de l'eau [signification d'Atenco en langue nahuatl, NdT], nous n'allons pas renoncer à notre droit et à notre obligation morale de lutter et de continuer à labourer les sillons de l'histoire.
    Pour celles et ceux qui nous manquent, et que nous voulons qu'ils nous rendent EN VIE…
    Pour nos enfants et nos petits-enfants, auxquels nous laissons en héritage la terre, le futur et les poings qu'ils devront lever face à la barbarie, et qu'ils devront aussi étendre pour semer amour et espoir :
    OUI, NOUS EXISTONS ET NOUS SOMMES TOUJOURS LÀ, NOUS AIMONS LA TERRE, ET AVEC LES AUTRES PEUPLES FRÈRES, ENSEMBLE NOUS FORMONS UNE VERITABLE BARRICADE !
    OUI À LA TERRE, NON AUX AVIONS ET À LA SPOLIATION !
    Front des Villages en Défense de la Terre
    Du bord de l'eau, Mexique, 10 mars 2017.
    ""
    Source (en espagnol) : blog du Front des Villages en Défense de la Terre
    trad 7NubS
    Lire la suite
  • Océan de Mars : la preuve par le tsunami, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Les actualités de Ciel & Espace :: RSS
    Il y avait bel et bien un océan sur la planète Mars. Après de longues années de controverse, cette question semble maintenant tranchée de manière nette par une équipe majoritairement française dirigée par François Costard, de l’Université Paris Sud. D’étranges structures lobées… Lire la suite
  • Analyse du marché 3a par l'Arcep : contribution du groupe ANT, par CHOIMET Isabelle, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Atelier ANT actus :: RSS
    Lire la suite CHOIMET Isabelle
  • La Guadeloupe s'implique dans la conservation des limicoles grâce à un partenariat franco-américano-canadien, par Brigitte Bonnemains, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: ONCFS :: RSS

    La Guadeloupe s'implique dans la conservation des limicoles grâce à un partenariat franco-américano-canadien

    Les limicoles1 sont un groupe d'oiseaux migrateurs qui classiquement se reproduisent en Amérique du nord et hivernent en Amérique du sud. Durant leur migration, ils passent aux Antilles et il est ainsi possible de les apercevoir en Guadeloupe sur les marais, notamment celui de Port-Louis ou sur le littoral.

    Pour assurer leur conservation, il est donc indispensable de coordonner la gestion de ces espèces sur l'ensemble de leur trajet migratoire.

    Dans ce cadre, l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS)2 a lancé fin 2016 la création du Réseau « Limicoles » en Guadeloupe et îles du Nord (Saint-Martin et Saint-Barthélemy). Il a pour objectif de s'appuyer sur une dynamique locale, nationale et internationale afin de concentrer les connaissances et compétences des acteurs institutionnels et associatifs dont l'activité gravite autour de la préservation des limicoles et de leurs habitats naturels. Une première réunion s'est tenue au Lamentin le 8 novembre avec une quinzaine de partenaires.

    Pour assurer la cohérence au niveau international, l'ONCFS collabore avec les gouvernements canadien et américain (service canadien de la faune sauvage et service américain de la pêche et de la faune sauvage) qui accueillent les mêmes oiseaux que ceux présents aux Antilles.

    Ce partenariat s'est officialisé avec la signature d'un protocole d'entente concernant la conservation des limicoles sur l'axe migratoire ouest Atlantique le 19 janvier 2017. Cette concrétisation est une reconnaissance pour la France de son rôle important pour la préservation de ces espèces.



    Petit chevalier pattes jaunes et Grand chevalier pattes jaunes, limicoles communs en Guadeloupe. Copyright Antoine Chabrolle / ONCFS

    Petit chevalier pattes jaunes et Grand chevalier pattes jaunes, limicoles communs en Guadeloupe.


    Copyright Antoine Chabrolle / ONCFS



    1. Ce sont de petits échassiers dotés d'un bec plus ou moins long qui leur sert à se nourrir de petits invertébrés présents dans la vase pour la majorité.

    2. Etablissement public sous la double tutelle des Ministères chargés de l'Ecologie et de l'Agriculture, chargé de la police de la chasse et de l'environnement, de la connaissance de la faune sauvage et de ses habitats à travers des études et des recherches, de l'appui technique auprès des décideurs politiques, aménageurs et gestionnaires de l'espace rural et de l'organisation et la délivrance du permis de chasser.

    Lire la suite Brigitte Bonnemains
  • (12) Présidentielles 2017 : Emmanuel Macron et l'agriculture, par Marc Laimé, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Calcul Egoïste :: RSS
    C'est à l'occasion d'un meeting à Quimper le 16 janvier 2017 que le candidat d'En Marche avait levé le voile sur ses propositions en faveur de l'agriculture, soigneusement calibrées pour susciter l'adhésion de la FNSEA.... « L'agriculture n'est pas un secteur comme les autres, elle est au cœur de la souveraineté alimentaire française et d'un projet économique, social et de civilisation qui est le nôtre », assenait Emmanuel Macron devant près de 2 500 personnes venues écouter le candidat à l'élection (...) Lire la suite Marc Laimé
  • La pensée du jour, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Altermonde-sans-frontières :: RSS
    Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti. (Albert Camus) - La pensée du jour Lire la suite
  • Cas de conscience... par La Belette, par La Belette, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Altermonde-sans-frontières :: RSS
  • Les derniers jours de Normal Ier, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Altermonde-sans-frontières :: RSS
    Par Anne Roumanoff
    Normal Ier fut assez contrarié qu'on le pousse à ne pas se représenter. Il voyait bien qu'on ne l'aimait plus et le regrettait amèrement. Parfois il se réconfortait en se disant que les historiens ne manqueraient pas de réhabiliter son règne. Il avait su tenir les rênes en pleine tourmente et s'était révélé excellent dans les déclarations solennelles, les commémorations et hommages en tout genre.
    Normal Ier eut du mal à accepter la victoire du duc Hamon de la Fronderie. Quelles que (...) - Chronique Lire la suite
  • La désespérance aveugle de la France insoumise, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Altermonde-sans-frontières :: RSS
    Par Jean-Luc Gasnier
    Avec le naufrage lamentable de François Fillon et l'échec retentissant de Manuel Valls à la primaire de la Belle Alliance, une candidature unique de gauche, mandatée pour rompre avec le système libéral qui impose sa loi depuis maintenant des décennies dans tous les pays européens, avait toutes les chances de remporter cette élection présidentielle. Mais cette opportunité semble désormais inenvisageable, inatteignable, car la gauche alternative demeure profondément divisée et (...) - Libre expression politique Lire la suite
  • L' « Appel des solidarités » résonne au cœur de la campagne présidentielle, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Altermonde-sans-frontières :: RSS
    La Fondation Nicolas Hulot et Emmaüs France ont lancé, jeudi 23 mars, un « appel à la solidarité » au nom de soixante-quinze associations. Leur ambition : remettre la solidarité au premier plan de la campagne présidentielle 2017.
    « J'ai découvert qu'il y a une France invisible, une communauté solidaire, qui agit et qui incarne les solidarités au quotidien », expliquait Nicolas Hulot sur France Inter, jeudi 23 mars 2017. En partenariat avec Emmaüs France, et représentant soixante-quinze associations, (...) - Appels et manifestes Lire la suite
  • Génération ingouvernable, le mouvement qui ne veut plus jouer le jeu des élections, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Altermonde-sans-frontières :: RSS
    Par Cyril Castelliti
    Destruction de fausses cartes électorales, préparation d'actions dès le lendemain du 7 mai, date du second tour des élections présidentielles… Mais qui est cette énigmatique « génération ingouvernable » composée de centaines de jeunes activistes, refusant le vote par dépit et les solutions miracle, et revendiquant un désir d'autodétermination ? « Intervenir en politique, ce n'est pas se montrer sur un plateau télé pour se vendre, mais agir sur des problèmes concrets », disent-ils. (...) - Matière à réflexion Lire la suite
  • Un vétéran israélien affirme que c'était lui le terroriste, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Altermonde-sans-frontières :: RSS
    Interview d'un ancien soldat israélien qui raconte comment il a peu à peu compris que ce qu'il pratiquait sous l'uniforme était du terrorisme contre les Palestiniens, et comment tout est fait pour que les jeunes Israéliens qui font leur service soient incapables de prendre du recul.
    europalestine.com - Vidéo Lire la suite
  • On The Road Again, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Altermonde-sans-frontières :: RSS
  • Mais les anarchistes ne votent pas ?, par Alfredo M. Bonanno, 28 mars 2017

    mardi 28 mars 2017 :: Infokiosques.net :: RSS

    Se dire anarchiste veut dire beaucoup, mais cela peut aussi ne rien vouloir dire du tout. Dans un monde d'identités faibles, quand tout semble s'estomper dans le brouillard de l'incertitude, se considérer anarchiste peut être une manière comme une autre de suivre un drapeau, rien de plus.
    Mais parfois l'anarchisme est une étiquette inconfortable. Il peut te mettre des questions dans la tête, auxquelles il n'est pas facile de répondre. Il peut te faire remarquer les étranges contradictions de ta vie : le travail, le rôle que la société t'a imposé, le statut auquel toi-même tu participes, la carrière à laquelle tu n'arrives pas à renoncer, la famille, les amis, les enfants, le salaire en fin de mois, la voiture et la maison dont tu es propriétaire. Pauvre de moi, fixer une distance entre ces attributs et ses idées fondamentales, entre ce que nous sommes et l'être anarchiste, cela ressemble beaucoup à cette lutte entre l'être et le devoir-être qui faisait sourire Hegel : le devoir-être perd toujours.
    Du coup, nous sommes anarchistes parce que nous lisons les journaux anarchistes, parce que nous considérons la pensée et l'histoire anarchiste comme notre pensée et notre histoire. Nous sommes anarchistes parce que nous nous abritons dans le mouvement, à l'abri des intempéries de la vie, parce que nous le considérons comme notre maison rassurante, parce que nous aimons voir les visages des compagnons, écouter leurs petites histoires domestiques et leur raconter nos petites histoires domestiques, le tout à répéter à l'infini – et ainsi soit-il.
    Si quelqu'un pose des problèmes, pas tellement avec sa langue plus ou moins acérée, mais avec les choses qu'il fait, en mettant en danger cette position rassurante, cette sensation de protection, de se sentir comme chez soi, alors nous le rappelons à l'ordre, en lui listant au grand complet les principes de l'anarchisme, auxquels nous restons fidèles. Et, parmi ceux-ci, il y a celui de ne pas aller voter. Les anarchistes ne votent pas, sinon quels anarchistes seraient-ils ?
    Tout est bien clair et lisse. Et pourtant, notamment ces derniers temps, ont été avancées des objections, des perplexités.
    Quelle signification y-a-t-il dans le fait de ne pas aller voter ? Il existe une signification, ils ont répondu en chœur, spécialement parmi les plus âgés. Parce que voter c'est déléguer et les anarchistes sont pour la lutte directe. Joli, dirais-je, très joli.
    Mais quand cette lutte consiste seulement dans le fait de témoigner de ses principes (donc également son abstentionnisme), et rien de plus, quand cela consiste dans le fait de se retirer en étant mal à l'aise quand quelques compagnons décident d'attaquer les hommes et les réalisations du pouvoir, ou bien consiste dans le fait de rester silencieux face aux actions des autres, quand c'est cela la lutte, eh bien, alors autant aller voter.
    Pour ceux qui considèrent l'anarchisme comme le tranquille gymnase de leurs opinions (et de celles d'autrui) sur un monde qui n'existe pas – et n'existera jamais – tandis que pour eux les jours se suivent l'un après l'autre dans la grisaille monotone des matins tous identiques, des gestes tous identiques, des travaux, affects, hobbies et vacances tous identiques, pour ces derniers, quel sens y-a-t-il à s'abstenir, si ce n'est de réaffirmer, à peu de frais et avec assez de clarté, leur identité anarchiste ? Cependant, à bien y regarder, si leur anarchisme est seulement cette enseigne poussiéreuse et ridicule, dans un terrain de certitudes monotones et escomptées, il vaut mieux se décider à aller voter. Leur abstention ne signifie rien.
    Ils pourront sans problèmes voter aux présidentielles, et aussi aux élections locales. A bien y réfléchir, ils pourront ainsi choisir de défendre un morceau de démocratie qui, à bien y regarder, est toujours mieux qu'une dictature qui remplirait les stades et les camps de concentration, dans l'attente de dresser des listes de proscription. Les tanks dans les rues (signal mythique du pouvoir qui se propage de façon indiscriminée, quand tu finis à l'échafaud pour un simple mot, pour un symbole mal compris de la part d'obtus exécuteurs d'ordre en uniforme) sont un truc dangereux, il vaut mieux les bavardages inutiles, et au fond discutables, de n'importe quel clown en veste démocratique. On ne rigole pas avec certaines choses, mieux vaut courir voter, spécialement dans une période dans laquelle des millions de personnes ne semblent pas comprendre la valeur des élections. L'abstention à des millions n'a plus de sens anarchiste, on risque d'être confondu avec la masse inculte qui n'est même pas capable de tracer une croix sur du papier ou qui s'amuse à peu de frais en gribouillant des phrases obscènes sur le bulletin.
    Après, il y a les compagnons qui maintiennent des positions proches du municipalisme libertaire et du syndicalisme révolutionnaire de base. Ceux-ci, toujours d'après moi, ne devraient pas courir derrière les fantasmes de l'abstentionnisme. Leur objectif devrait être, au moins, la participation massive et significative aux élections locales, de manière à donner à leurs représentants les instruments adaptés pour gouverner la chose publique en périphérie. Peut-être que les anarchosyndicalistes (mais est-ce qu'il y en a encore ?) pourraient même aller voter aux présidentielles, mais cela devrait être une décision prise après mûre réflexion, même si, personnellement, je la considère comme un choix tout à fait cohérent avec leurs idées de lutte syndicale.
    Il reste de nombreux autres anarchistes. Il reste ceux pour lesquels leur anarchisme est un choix de vie, pas une conception à opposer, dans un tragique et insoluble oxymore, aux mille problèmes d'apparence que la société codifie et impose.
    Pour ces compagnons, l'abstention est seulement une des nombreuses occasions de dire « non ». Leur action anarchiste se réalise dans bien d'autres faits et ce sont justement ces faits qui donnent une lumière et une signification différente à cette façon de dire « non ».

    Texte publié la première fois en italien dans le n°29 de Canenero (2 juin 1995). Traduit et publié en français par le site Attaque en mars 2017.
    Lire la suite Alfredo M. Bonanno