NeoSkills Feeder, Les news libres du nouveau monde

http://french.feeder.ww7.be
«  mai 2016
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
retour à la date courante

Res Publica

Tout ce qui concerne la chose publique

Aujourd'hui 1 nouvelles :


  • Nuit debout : Micro-bavard tendu à Véronique Genest, par Denis Souchon, 3 mai 2016

    mardi 3 mai 2016 :: Acrimed :: RSS

    Parmi les témoignages complaisamment recueillis sur la « gêne » occasionnée par « Nuit debout » et sur les violences qui lui sont généreusement attribuées, il manquait celui d'une passante de luxe : Véronique Genest. Sa notoriété comme comédienne n'étant pas celle d'un passant ordinaire, le récit de son calvaire a été recueilli et relayé sans vérification ni information sur son engagement politique.
    Et si la tragique déambulation d'Alain Finkielkraut à « Nuit debout » le 17 avril était peu de chose en comparaison du chemin de croix imposé à Véronique Genest par ce mouvement ? La question se pose quand on regarde l'interview qu'elle a accordée au très accommodant Paul Amar ce dimanche 17 avril sur i24 News puis quand on observe les reprises médiatiques (sans quasiment aucune prise de distance) de cette interview.

    Un passeur de plats au sommet de son art


    Paul Amar, journaliste, sait ce que « passer les plats » veut dire. Et il le prouve :

    Paul Amar : « Et on va retrouver en direct de Paris notre invitée Véronique Genest que nous avons invitée pour une raison précise, pour parler de votre pièce, bonsoir Véronique, « Portrait craché » qui fait un tabac au « Palais des glaces ». Mais on va vous garder deux trois minutes à l'instant pour une raison extrêmement précise, on reviendra évidemment sur votre pièce dans la dernière séquence de « Paris Jaffa », parce que vous êtes riveraine de la place de la République, donc vous observez ce qui se passe. »

    En effet, rien de tel que d'interroger en duplex Véronique Genest, une « riveraine » de la place de la République, pour comprendre les significations de « Nuit debout », et cela sans préciser les engagements et prises de positions publics de cette subtile comédienne de boulevard :Véronique Genest a courageusement soutenu Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles de 2007 et 2012, n'a pas hésité à déclarer le 31 août 2012 : « Peut-être effectivement que je suis islamophobe. Je fais mon coming-out, oui, probablement, je le suis comme beaucoup de Français », et diffuse sur son compte twitter des messages concernant « Nuit debout » dans lesquels elle montre toute sa finesse d'esprit.
    ""
    ""
    ""
    ""
    Pour le coup Paul Amar défie avec panache le CSA qui dans une décision mise en ligne le 13 avril vient de faire les gros yeux à France 2 à propos de l'émission « Des paroles et des actes » du 21 janvier [1] en « regrett[ant] que le journaliste qui menait le débat n'ait pas fait état des éléments permettant de considérer qu['une] intervenante avait un engagement militant sur le sujet abordé lors du débat, alors qu'une telle information, dans le cadre d'une émission politique abordant des sujets controversés, aurait été utile pour la bonne compréhension des enjeux par le téléspectateur ».
    Attention : la sobre réponse de Véronique Genest est quasiment insoutenable à entendre. Âmes sensibles, abstenez-vous de lire ce qui suit.

    Véronique Genest : « Ah non mais je suis sur la place de la République, et contrairement au monsieur qui dit que les riverains ont l'air contents, moi je peux vous dire qu'ils sont pas contents parce qu'on est en train de se réunir en association de riverains, on est en train d'essayer, et on va faire une action parce que c'est juste impossible. D'abord moi aussi je me suis fait agresser par des soi-disant organisateurs alors que soi-disant il n'y en a pas. Je veux dire c'est, c'est juste impossible quoi. Et puis de… moi je n'ai pas dormi depuis 10 jours. Cette nuit ça allait mais je n'ai pas pratiquement dormi depuis 10 jours. C'est la musique en permanence, c'est des agressions, c'est le feu dans la rue, enfin, non franchement, c'est très, très, très… Qu'ils se réunissent, qu'ils refassent le monde, moi je ne suis pas contre. Je veux dire, tout le monde a le droit de se parler mais qu'ils s'approprient la place, une place publique comme ça et qu'on n'ait pratiquement plus le droit d'y être ce n'est absolument pas possible. »

    Vous avez bien lu : la talentueuse Véronique Genest a été « agressée par des soi-disant organisateurs alors que soi-disant il n'y en a pas ». Cette affirmation invérifiable – et littéralement absurde : mais ce doit être l'effet du manque de sommeil – ne suscite aucune réaction du très informé Paul Amar.
    Car vous avez (encore) bien lu : à cause de « Nuit debout » Véronique Genest n'a « pas dormi depuis 10 jours ». Pas dormi du tout ? Véronique Genest a donc failli égaler un record du monde [2]. C'est légèrement improbable ? Paul Amar ne réagit pas.
    Parenthèse acrimédienne : Acrimed vient de lancer un appel à souscription. Acrimed s'engage à offrir des boules Quies à la délicieuse Véronique Genest dès que le montant de la souscription aura été atteint. Parenthèse fermée.
    Vous lisez toujours bien : « la musique en permanence », « des agressions », « le feu dans la rue ». Mais de quoi parle-t-elle ? Sous le choc (?), le placide Paul Amar s'abstient de réagir aux propos apocalyptiques de Véronique Genest et continue de lui passer les plats :

    Paul Amar : « Parce que pour le coup vous rentrez tard évidemment du théâtre où vous jouez et quand vous dites que vous vous êtes fait agresser, ça s'est passé place de la République quand vous rentriez chez vous ? »
    Véronique Genest : « Oui, oui, ça s'est passé juste… il y a un théâtre en bas de chez moi, en face du théâtre, mais j'ai des témoins, un mec qui m'a agressée en me disant que j'étais une populiste, enfin, je ne me suis pas fait cracher dessus mais enfin… mais moi bon ils ne me font pas peur et j'ai… je m'en fous un peu, mais c'est… oui c'est agressif, je trouve ça très agressif. Bon pas tous, forcément pas tous, mais disons qu'une poignée est suffisante pour faire que l'ambiance n'est pas sympathique, les gens osent pas trop parler peut-être parce que moi j'ai l'écho de beaucoup de gens du quartier qui ne sont absolument pas contents du tout et qui n'en peuvent vraiment plus. »

    L'horreur en plein Paris : une comédienne « reconnue » [3] traitée de « populiste » par « un mec » [4].
    Au milieu de ce désastre, Véronique Genest se souvient que pendant 22 ans elle a incarné (n'oublions pas qu'elle est comédienne) un commissaire de police dans la série « Julie Lescaut » de TF1, ce qui lui permet de rester … debout : « Ils ne me font pas peur ». Imperturbable, Paul Amar s'abstient toujours de réagir aux propos édifiants de la flamboyante comédienne : sans doute pour conserver l'intransigeante neutralité qui sied aux grands journalistes.
    Et l'interview se termine par un feu d'artifice.

    Paul Amar : « Et alors cette pétition vous allez l'adresser à la mairie de Paris, au gouvernement, la pétition des riverains de la place de la République ? »
    Véronique Genest : « Oh une pétition je ne sais pas si ça aura un effet énorme, ça sera peut-être une action, on est en train d'y réfléchir, je ne sais pas, une action en justice ou… enfin pour l'instant on en train de voir ce qu'on va faire. Mais si ça continue encore je pense qu'on fera quelque chose, oui, parce que c'est juste invivable, et voilà moi je suis une citoyenne comme tout le monde et j'ai le droit aussi d'avoir une sérénité, une paix chez moi autour de moi. Et puis franchement, il y a des moments ça fout la trouille, y a des portes qui sont défoncées, il y a le feu, moi je dois partir une semaine, j'ai peur de laisser mon fils, il y avait le feu en bas de chez moi il y a très peu de temps, ce n'est pas rassurant quoi. »
    Paul Amar : « Merci Véronique Genest, on vous retrouve tout à l'heure pour parler de votre pièce “Portrait craché”. »

    Tout journaliste interrogeant Véronique Genest aurait pu ressentir le besoin de lui demander d'étayer, documenter, préciser, ses propos… Mais pas Paul Amar qui, pris en flagrant délit de professionnalisme, se borne à laisser Véronique Genest dérouler son récit : avec un tel micro-trottoir à distance, la « rigueur dans la présentation et le traitement de l'information » (pour parler comme le CSA) a de beaux jours devant elle.
    Heureusement, Paul Amar et Véronique Genest ne se sont pas laissé impressionner par la tempête « Nuit debout » et ont poursuivi leur bavardage en faisant la promotion de la pièce de théâtre dans laquelle joue Véronique Genest. Business as usual

    Une cellule de soutien médiatique au chevet de Véronique Genest


    En moins de 24 heures, toute une série de médias ont repris sous forme d'articles des extraits de l'interview de Véronique Genest et ont glosé sur eux. Rien n'est trop beau pour une passante de luxe ! Rien ne vaut la pipolisation à outrance !
    La surface médiatique consacrée aux propos de la comédienne (qui n'est représentative que d'elle-même) est d'autant plus significative que ceux-ci ne durent que 137 secondes [5] et n'ont aucun intérêt informatif.
    Mais la notoriété de la comédienne Véronique Genest suffit à accréditer son témoignage et à renforcer les croyances des publics qui admirent l'ex-tête d'affiche de TF1, confondant ainsi la réalité et la fiction.

    ""
    ""
    ""
    ""
    ""
    ""
    ""
    ""
    ""
    ""
    ""
    ""
    ""
    ""
    ""

    En 2002, Véronique Genest avait fait partie de la « mission Blandine Kriegel sur la violence à la télévision » au titre de son incontestable expertise de comédienne-jouant-le-rôle-d'une-commissaire-de-police-dans-une-série-télévisée.

    ""
    Peut-être fera-t-elle partie, en compagnie de Paul Amar et de ses confrères attentionnés, d'une prochaine commission appelée à plancher sur la violence pipolo-médiatique, exercée cette fois par elle-même contre le mouvement « Nuit Debout » pour des raisons politiques inavouées.
    Denis Souchon


    [1] Décision dont nous avons montré qu'elle procédait d'une application de la déontologie en fonction des invités.

    [2] Détenu depuis 2007 par un Britannique ayant tenu 266heures sans dormir.

    [3] Elle a eu à trois reprises le « 7 d'or de la meilleure comédienne ».

    [4] Deux jours après cette interview Véronique Genest précisera avoir eu une autre « altercation » avec un individu le 2 avril devant le « Palais des glaces ».

    [5] Saluons au passage la performance théâtrale de Véronique Genest qui en 137 secondes, et malgré l'émotion, arrive à dire « je » à 24 reprises et « moi » à 12 reprises, soit une fois en moyenne toutes les 3,8 secondes. Véronique Genest est une comédienne unique en son genre…
    Lire la suite Denis Souchon